Günther Schneider-Siemssen avec Herbert von Karajan, à Salzbourg, en 1971

 

Günther Schneider-Siemssen, né à Augsbourg, en Allemagne, le 7 juin 1926, s'est rendu célèbre, comme décorateur, par l'utilisation magistrale de la lumière, grâce à laquelle il crée de véritables tableaux.

Enfant, il apprit à jouer du piano, tout en suivant des cours de dessin et de peinture. Il accompagnait aussi fréquemment ses parents au théâtre.

Quelques années plus tard, tandis qu’il poursuivait ses études, Günther Schneider-Siemssen fut introduit par sa mère auprès du grand chef d’orchestre Clemens Krauss, à l’Opéra National de Munich. Celui-ci ayant pu se faire une idée du talent du jeune homme lui conseilla fermement de poursuivre ses études dans le domaine du décor de théâtre et d’opéra. Günther Schneider-Siemssen avait alors 15 ans et sa voie se trouvait ainsi toute tracée.

Il suivit son apprentissage sous la direction de Ludwig Sievert, décorateur en chef de l’Opéra de Munich, puis sous celle du grand Emil Preetorius, tout en continuant de fréquenter l’Académie de Arts Appliqués.

Après un bref engagement au Gärtnerplatz Theater de Munich, où il peignit les décors de plusieurs opérettes, il entra en relation avec le Landestheater de Salzburg, puis, en 1952, avec le  Salzburg Marionette Theater, pour lequel il dessina des décors jusqu’en 1991.

In 1954, le Théâtre National de Brême l’engagea, comme décorateur, et c’est là qu’il travailla pour la première fois sur les décors de L’Anneau du Nibelung de Richard Wagner, qui le firent remarquer par Georg Solti ; tandis que ses décors pour la production de Fidelio attirèrent l’attention d’Herbert von Karajan, avec lequel il ne tarda pas à entamer une longue et fructueuse collaboration à Salzburg, pour le Festival de Pâques...

Vinrent par la suite Vienne, London, New York où ses productions du Ring, de Parsifal, des Maîtres Chanteurs de Nuremberg, avec le metteur en scène Otto Schenk, remportèrent un immense succès.